Souleymane Diamanka

Naissance

Senegal

Biographie

La tradition de l'oralité coule dans le sang du slameur Souleymane Diamanka. Bordelais d'origine peul, il joue avec les mots et jongle entre les langues. Mis en musique par Roy Ayers notamment, ses textes poétiques et métaphoriques font fait l'objet d'un premier disque intitulé L'Hiver Peul en 2007.

Natif du Sénégal, en 1974, Souleymane Diamanka grandit à Bordeaux. Il apprend le français à l'école, parle le peul à la maison, écoute Sana Seydi, et joue avec les mots et les proverbes. Adolescent, il s'essaye à l'école du cirque pendant deux ans.

Il fait partie d'un groupe de hip hop pour lequel il écrit les textes. Djangu Gandhal parvient à s'afficher lors de quelques premières parties de concert, comme celles des Nubians au Printemps de Bourges ou celles de NTM en 1991.

Lorsqu'il rappe, il détend les tempi, et cela ressemble de plus en plus à ce style émergeant que l'on nomme le slam. Avec le collectif 129 h, Souleymane Diamanka fait ses premières à l'Union Bar du quartier de Ménilmontant à Paris.

Il ouvre une page MySace que des producteurs vont remarquer. On lui permet ainsi d'enregistrer son premier album, L'Hiver Peul (2007). Souleymane déclame de sa voix grave ses textes a cappella, en français ou en peul, qui sont ensuite mis en musique par les musiciens jazz Roy Ayers, Eric Legnini et André Céccarelli. Il invite Grand Corps Malade sur « Au bout du sixième silence » et le griot Sana Seydi sur « Moment d'humanité » et «  Je te salue vieux Sahara ».