O

Orlando

D’origine estonienne, Indra Kuldassar naquit en Suède, à Gotebörg, en 1967. Indra passe une jeunesse sans histoire au pays des fjords, admirant les stars de la télé suédoise, se rêvant un jour à leur place. Arrêtant très tôt sa scolarité, Indra, sur les traces de l’un de ses petits amis, quitte son pays natal pour découvrir la France et notamment Paris. Le choc culturel entre la froide suède luthérienne encore très marquée par le sceau du puritanisme et le Paris libéral du début des années 80 est rude, mais Indra se sent très vite comme un poisson dans l’eau dans le monde de la nuit et devient une inconditionnelle des discothèques branchées de la capitale où son physique avantageux ainsi que la réputation sulfureuse associée aux suédoises font fureur. S’étant inscrite dans un cours d’art dramatique pour tenter de percer dans le milieu du cinéma, elle fait la connaissance de Paul Taiclet, directeur d’un établissement échangiste et producteur occasionnel (celui-là même qui manquera de peu d’être l’une des victime du trio de meurtriers Sarraud, Hattab et Subra, dont la série de crimes inspirera le film L’Appât à Bertrand Tavernier), lequel croit au potentiel de la jeune scandinave et la présente à Orlando. Flairant le bon coup, le frère de Dalida s’empresse de coacher la belle venue du froid et lui fait signer son premier single en 1990, « Let’s Go Crazy ». Diffusé d’abord dans les clubs, le succès public est immédiat, d’autant que la couverture médiatique d’Indra, mettant sa sculpturale silhouette largement en valeur, lui fait, en quelques mois gagner le statut de sex symbol. Ce morceau, mélange de phrasé hip-hop de l’époque (donc très daté vu d’aujourd’hui) et de sonorités techno est servi par un clip aux couleurs fluos à s’en faire péter les yeux (mais c’est l’époque qui voulait ça) se classe aux sommets des charts et lance la carrière de la jeune femme.

Eros...

Son premier album, Temptation, sort dans la foulée en 1991. Puis, d’autres singles (« Misery », « Temptation », « Rescue Me », « Yesterday is History »...) viennent consacrer Indra dans son nouveau rôle de reine des tubes pour boîtes de nuit. Sur scène, ses prestations mêlant chant, danse et poses érotisantes larvées en font baver plus d’un et, dans la continuité de la sortie de son deuxième album Together Tonight, Indra assure la première partie de l’artiste qu’on appelait encore Prince, puis d’East 17. En 1994, alors qu’Indra, épuisée par le rythme de vie que sa carrière lui impose demande un break de quatre ans à Orlando pour se consacrer à sa vie de famille, sort le premier Best Of de ses chansons. Orlando produit encore un dernier album, Anywhere et laisse ensuite Indra prendre du recul avec sa carrière.

Come... back

En 1999, comme prévu, Indra tente son grand retour avec You And Me, album qui ne fera malheureusement que très peu parler de lui. Bien que le temps n’ait en rien émoussé le charme de la Suédoise, d’autres blondes chantantes à fortes poitrines sont venues occuper le terrain laissé libre et ont conquis les faveurs du public. Qu’importe, Indra choisit de délaisser à nouveau la scène et profite du calme de sa carrière pour épouser son compagnon, le mannequin Guy Paillard, avec lequel elle aura un enfant avant leur séparation. Au début des années 2000, impressionnée par le come-back surprise d’une Kylie Minogue, plus sexy que jamais, Indra se dit qu’il y a peut-être un coup à jouer et fait à nouveau son retour via « Besoin de vous », en duo avec Frederic Lerner en 2004, puis « Oublie-moi »  l’année suivante avec le bien nommé boys band Tragédie. Malgré un petit succès d’estime, on est cependant loin de la « Indramania » du début de la décennie précédente, mais cela suffit à la jolie suédoise pour renouer avec le public et sortir « Sois beau et tais-toi » en 2006 qui se classe honorablement dans les hit-parades. De sortie, il en est d’ailleurs à nouveau question en cette même année, puisqu’elle participe au jeu de télé-réalité, Je Suis Une Célébrité, Sortez Moi de Là !  aux côtés de personnalités de second plan telles que Loana, Delphine de Turkheim ou Richard Virenque. Retour timide, mais retour tout de même pour la Suédoise qui, désormais chante en français. Le demi-succès de « Sois beau et tais-toi » sera-t-il le signe du retour d’Indra sur scène ? Seul l’avenir le dira.

X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00