D De son vrai nom Manuelle Daumas, la future Emma Daumas est née en 1983 à Avignon. Très tôt poussée par sa famille, en quête de reconnaissance par procuration, la jeune fille prend conscience de son avenir : elle sera star ou rien ! De vocalises sous la douche en cours de chant, Emma Daumas commence à développer ses talents d'interprète, d'autant que ses parents l'incitent énergiquement dans cette voie : leçons de piano de solfège, prise en main de la jeune fille par des professionnels de l'art vocal, les Daumas ne regardent pas à la dépense dès lors qu'il s'agit de propulser leur fille vers les sommets de la gloire.

Un premier titre, enregistré à douze ans (« Stupid Boy ») est un flop magistral, mais a au moins le mérite de roder Emma à l'exercice de l'enregistrement en studio. Radio-crochets et concours de chants, locaux puis régionaux parsèment l'adolescence de la star en herbe, mais en dépit de quelques prix décrochés ici et là, Emma Daumas ne perce pas, l'époque n'étant plus aux ados-stars.

Mais la chance reste cependant de son côté car, en 2000, la jeune femme est sélectionnée pour un prime-time de l'émission Graines de Star, sur M6. Grâce à une reprise de Barbra Streisand, Emma Daumas reçoit l'approbation du public, ce qui attire l'attention de quelques producteurs, dont François Georges, qui la prend son aile et la soutient en vue d'en faire l'une des vedettes de demain.

Cours assidus de chants, apprentissage de la guitare et élargissement de son répertoire, la jeune chanteuse se professionnalise petit à petit, d'autant que son manager parvient à lui décrocher plusieurs contrats de prestations en première partie de quelques célébrités plus ou moins has-been comme Gold, Emile & Images, Eric Collado (l'un des Nous C Nous, qui n'a pas connu le succès de ses anciens comparses, Jean Dujardin et Bruno Salomone) ou Carlos. Une prestation en première partie de Michael Jones à Avignon lui permet cependant de se confronter à un public nombreux et exigeant. Si l'expérience est des plus stressantes, elle n'en est pas moins formatrice, même si la jeune femme reste avant tout une intermittente du spectacle, obligée de multiplier les petits boulots pour vivre entre deux dates décrochées par son manager.



En 2001, la France avait découvert la première édition de la Star Academy, laquelle émission avait alors consacré Jenifer, une chanteuse en devenir, au parcours très proche de celui d'Emma. Pour la jeune femme, c'est la révélation ; s'il existe une émission qui peut booster sa carrière et la lancer dans le monde de la chanson, c'est bien celle-là.

Son expérience de la scène et de la musique lui permettent de remporter haut la main les sélections pour se retrouver parmi les candidats retenus pour recevoir l'« enseignement » des professeurs de Dammarie-les-Lys. Emma attire rapidement l'attention des médias, le magazine VSD allant jusqu'à présenter sa victoire comme une évidence en titrant en une « Pourquoi Emma va gagner ». Mais la montée en popularité d'autres candidats (Houcine, Nolwenn Leroy, Anne-Laure Sibon...) fait bientôt pointer d'autres favoris. En dépit de quelques duos assez réussis aux côtés de Ray Charles ou de Youssou N'Dour, Emma Daumas s'approprie - bien malgré elle - le rôle de la « méchante de service », face à Nolwenn Leroy, leur « duel » étant monté en épingle par la presse.

À l'issue d'un suspense savamment organisé quant à la confrontation des candidats, Emma est finalement éliminée en demi-finale, le public lui préférant très nettement Nolwenn. Etant arrivée dans les derniers sélectionnés, elle conserve cependant une visibilité, en participant à la tournée de la Star Academy.

Un premier Zénith, à Strasbourg, montre ce dont la jeune fille est capable et un premier single, « Au jour le jour », sort en février 2003. Portée par la notoriété de la jeune femme du fait de sa présence encore toute récente à la Star Academy, le titre s'écoule à 200 000 exemplaires, ce qui persuade Universal Music de miser quelques euros sur la chanteuse qui, à l'occasion de l'enregistrement de son tube, a par ailleurs démontré de vrais talents d'auteur-compositeur.

La mode étant, depuis celui de Loana, aux autobiographies de vingtenaires, un livre, lui aussi intitulé Au jour le jour, sort peu de temps après, racontant le parcours de la chanteuse, ses galères et sa foi chevillée au corps. Ce coup marketing ne rencontre pas vraiment le succès, mais au moins Emma Daumas a-t-elle pu, grâce à cela, casser un peu l'image de « garce » que lui avait collée la Star Academy.

« Si tu savais », son deuxième single, rencontre également le succès et persuade Universal que l'artiste a les reins suffisamment solides pour le lancement d'un album, Le Saut de l'Ange, qui sort fin 2003, présentant outre les compositions personnelles d'Emma Daumas, des participations de Maxime Leforestier ou de Maïdi Roth. Autant de collaborations à but fort lucratif qui font du Saut de l'Ange un carton récompensé par un Disque d'Or.

Emma Daumas n'est donc pas la femme d'un seul titre et une carrière personnelle riche lui est alors prédite. Tournées et concert confirment son aura face au public et son répertoire s'élargit de références au rock anglo-saxon ainsi qu'à Kylie Minogue à travers la reprise de son tube « Locomotion ». « Tu seras », « Locomotion », « Figurine humaine », « Someone », « You Got Me » (en invitée des Suédois d'Eskobar) sont autant de singles qui connaissent des fortunes variées. Si le son rock de « Figurine humaine » séduit le public, c'est moins le cas de « Someone » (enregistré avec les frères Hanson), ce qui convainct la jeune femme de ne pas persister dans le rock, domaine où son public ne l'attend pas forcément.

Leçon retenue : Effets Secondaires, son deuxième album est beaucoup plus pop et Emma Daumas se démarque de l'image d'Avril Lavigne à la française qui lui collait jusqu'alors à la peau. Plus pop, certes, mais aussi plus glamour, l'artiste mettant son joli minois en avant et misant sur un aspect sexy. Finis les petits débardeurs de jeune rebelle, les jeans taille basse et les cheveux décolorés : Emma Daumas est désormais une chanteuse pop avec son style bien à elle, qui lui permet de travailler aussi bien avec des rappeurs comme Pit Baccardi qu'en compagnie de pop-rockeurs comme Mickaël Furnon (Mickey 3D).

En 2008 paraît son troisième album, Le Chemin de la Maison, qui la voit s'orienter vers un style de chanson poétique et traditionnel en compagnie de Marcel Kanche, Spleen, Peter Von Poehl, Mickaël Furnon et Elodie Frégé. Les titres « J'suis conne » et « Secret défense » en sont extraits. Remerciée par la compagnie Universal après un ultime EP de titres inédits tirant vers le folk acoustique, Emma Daumas revient en 2010 avec l'album-livre de chansons pour enfants Les Larmes de Crocodiles et Autres Fables, auquel participent Alain Chamfort, Marcel Amont, Gérard Darmon, Elodie Frégé et Caroline Loeb.

Contactée par la suite pour participer au Concours Eurovision de la chanson, elle décline l'offre qui ne correspond pas à ses attentes musicales puis se consacre à sa maternité survenue en 2013. Deux ans après est publié un titre de bossa nova, « Bahia en été », inspiré d'un voyage au Brésil. Simultanément paraissent au printemps 2016 le roman autobiographique Supernova et l'EP de six titres Vivante.
X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00