L Les fondateurs historiques du groupe, Luke Jenner et Vito Roccoforte, se rencontrent alors qu'ils n'ont que treize ans et vivent dans une banlieue de San Diego. En 1997, ils déménagent à San Francisco : c'est là qu'en compagnie du claviériste Chris Relyea, ils créent leur formation, d'abord sous le nom The Calculators, puis The Rapture (« l'Extase », nom tiré de la Bible et métaphore de l'Exode), qui connaît pendant longtemps de nombreux changements de personnel et de label - Relyea, démotivé, est le premier à partir et son poste s'avère difficile à reprendre.

Travaillant un temps comme vendeur dans des magasins de disques, Luke Jenner a ainsi l'occasion d'écouter de grandes quantités de musique, dans tous les styles imaginables, les albums de formations anglaises comme Public Image Ltd., The Cure, Happy Mondays ou Gang of Four le marquant le plus.

De San Francisco à Seattle

C'est d'abord la petite compagnie Gravity qui croit en eux et publie en 1998 un single, « The Chair That Squeaks » et, en janvier 1999, un mini-album, Mirror, plus court qu'un album « normal », mais plus long qu'un EP (ils n'avaient pas assez de chansons pour un LP). Avec Mattie Safer, le groupe trouve alors son bassiste attitré, ainsi qu'un bon chanteur, même si Jenner peut être considéré comme le seul leader.

Ayant encore déménagé, cette fois-ci à Seattle, ils signent sur le mythique label Sub Pop, qui leur permet d'enregistrer avec des producteurs renommés, Tim Goldsworthy et James Murphy (patrons de DFA Records), un EP de six chansons, Out of the Races and onto the Tracks, qui sort en janvier 2001. En juillet, le groupe prend une décision importante en recrutant Gabe Andruzzi, cousin de Luke Jenner, qui assure un rôle de multi-instrumentiste et les aide à mieux définir leur orientation.

De Seattle à New York

Comme ils en ont toujours eu l'habitude, les membres de The Rapture tournent sans relâche, pendant presque deux ans : entre deux concerts, ils s'installent définitivement à New York, où ils découvrent la scène dance locale et peuvent publier des maxis : « Olio » et « House of Jealous Lovers », ce dernier faisant fureur dans les clubs et parvenant même à s'exporter.

Grâce à ce tube, The Rapture peut venir jouer en Europe, où le groupe est très bien accueilli. Les deux chansons seront reprises sur leur premier album (Echoes, publié en septembre 2003 chez DFA et Vertigo, subdivision d'Universal) produit par Goldsworthy et Murphy et qui reçoit dans l'ensemble des critiques très positives - le site internet Pitchfork Media va même jusqu'à l'élire « Album de l'année ». The Rapture s'illustre aussi en première partie de Franz Ferdinand, de Black Rebel Motorcycle Club et même de ses idoles, The Cure, dans le cadre du Curiosa Festival.

En 2005, un DVD live (The Rapture Is Alive and Well in NYC) est commercialisé, afin de relayer au mieux la réputation d'excellent groupe de scène - les concerts tournent souvent au quasi-happening, Jenner n'hésitant pas à descendre dans le public pour chanter.

Entre New York et Los Angeles

Un break bien mérité s'ensuit, durant lequel certains d'entre eux fondent une famille ou une petite maison de disques, ou bien jouent les DJ (un exercice dont ils raffolent), puis, après s'être réhabitués les uns aux autres, ils abordent tranquillement une période d'écriture de nouvelles chansons. Les producteurs Danger Mouse, Ewan Pearson et Paul Epworth viennent alors les aider à accoucher de leur deuxième effort, Pieces of the People We Love, qu'ils enregistrent à New York et à Los Angeles.

Sur cet album (sorti en septembre 2006 chez Motown (!) et globalement moins bien accueilli que son prédécesseur), Luke Jenner et Matt Safer ont droit cette fois-ci à un nombre égal de chansons. La plus remarquée sera « Whoo! Allright, Yeah... Uh, Huh », dont s'enticheront (à leur grande joie) les stades de football. Pour la promo, ils assurent notamment des premières parties pour The Killers et Daft Punk. Un mini-album live, Live from SoHo, disponible uniquement en téléchargement sur iTunes, suit cette parution.

Après trois années sans sortie, passées à se démêler d'un contrat d'une major, The Rapture revient sur le label DFA Records avec l'album In the Grace of Your Love, paru en septembre 2011. Ce tour d'horizon des influences du groupe, mis en boîte entre Brooklyn et Paris par Philippe Zdar (Cassius), est accompagné des singles « Sail Away » et « How Deep Is Your Love ».
X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00