N Né en 1971 à Boutilimit, ville située en plein désert de Mauritanie, Daby Touré grandit à Nouakchott et en Casamance sénégalaise chez un oncle qu'il aide aux travaux de la ferme. Enfant, il apprend les dialectes soninke, toucouleur et wolof et s'initie à la musique en tapant sur des percussions de fortune que sont les bidons.

Repris à Nouakchott par son père Hamidou, le frère aîné des Touré Kunda, il découvre les artistes anglophones (The Police, Bob Marley, Stevie Wonder) et apprend à jouer de la guitare malgré l'interdiction paternelle. En 1989, alors que les conflits inter-ethniques font rage en Mauritanie, Hamidou Touré accepte l'invitation de ses frères à rejoindre le groupe Touré Kunda et emmène son fils à Paris. Étudiant à la Business School, Daby Touré délaisse les cours pour jouer avec des groupes puis forme le duo Touré Touré avec son cousin Omar. De cette collaboration naît en 1999 l'album Laddé, croisement afro jazz qui rencontre un certain succès.

Mutli-instrumentiste aux goûts éclectiques, Daby Touré poursuit son travail seul. Sa rencontre avec le producteur electro Cyrille Dufay débouche sur la réalisation de l'album Diam sorti sur le label Real World en juillet 2004. C'est en solitaire, dans son home studio, que le musicien aux dreadlocks lui donne une suite. Sorti en février 2007, Stereo Spirit est imprégné par les différentes cultures de Daby Touré qui chante en français, en anglais ou en wolof.

En 2009, le Mauritanien croise la route d'un autre électron libre en la personne de Skip McDonald alias Little Axe, bluesman entiché de trip-hop. Tous deux s'attellent à l'enregistrement du mini-album Call My Name, encensé par quelques oreilles fines comme celles du quotidien anglais The Guardian qui lui attribue cinq étoiles. Après ce croisement entre le Mississippi et le Sahara, Daby Touré se consacre à son troisième album solo. Porteur d'une parole militante et universelle, Lang(u)Age (juin 2012) symbolise la diversité culturelle du chanteur polyglotte qui signe des duos avec Maxime Le Forestier (« Chez les autres »), Oxmo Puccino (« This Is the Time »), Ours et Salomé Leclerc. L'album suivant paru en 2015, Amonafi, est enregistré dans son studio parisien avec l'ingénieur du son Nicolas Diop. Daby Touré y joue de tous les instruments, excepté les cordes.
X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00