I Ibrahim Maalouf est né le 5 novembre 1980 à Beyrouth (Liban). Neveu de l'écrivain Amin Maalouf et fils du musicologue Rushdi Maalouf, il poursuit la tradition musicale familiale en s'initiant à la trompette, un instrument dont il devient vite un grand virtuose classique.
Fuyant la guerre civile, sa famille s'installe en région parisienne. Après des études de mathématiques à Etampes, Ibrahim Maalouf se consacre à la trompette et remporte de nombreux et prestigieux concours (ceux du Conservatoire National et Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, mais aussi à l'étranger). En 2006, il est nommé professeur de trompette au CNR d'Aubervilliers-La Courneuve.

Parallèlement à ces récompenses, Ibrahim Maalouf accompagne de nombreux artistes sur scène ou sur disque. Multi instrumentiste, il fait briller les chansons de M, Amadou et Mariam, Jeanne Cherhal, Vanessa Paradis, Bumcello, Arthur H, Vincent Delerm ou Lhasa. Il participe également à l'opéra Welcome to the Voice aux côtés de Sting et d'Elvis Costello.

Après avoir fondé le groupe à l'inspiration orientale Farah en 1999, le trompettiste ouvre sa musique au jazz funk et à l'electro. Il se produit en groupe au New Morning le 12 février 2006, puis publie son premier album solo Diasporas en octobre 2007. Le disque est acclamé par la critique.

Un an plus tard paraît la suite intitulée Diachronism, avec les participations de Matthieu Chedid alias -M-, Jacky Terrasson et Adnan Jubran. Dans ce double album, le soliste se met dans la peau d'un personnage fictif, le rappeur américain Lollibob.

En septembre 2011 paraît le dernier volet de la trilogie en dia. L'album Diagnostic sur lequel il joue des claviers et va jusqu'à chanter, se montre tout aussi éclectique que ses prédécesseurs avec des hommages à Led Zeppelin et à Oxmo Puccino. L'opus suivant Wind, enregistré en une séance-éclair à New York avec Mark Turner, Larry Grenadier, Clarence Penn et l'arrangeur Frank Woeste, est destiné à illustrer de musique le film muet La Proie du vent de René Clair. Ibrahim Maalouf dresse pour la circonstance un hommage au Miles Davis d'Ascenseur pour l'échafaud.

En novembre 2013, le successeur Illusions marque un virage jazz funk en compagnie du guitariste François Delporte et de Frank Woeste (piano) et de Laurent David (basse) et Xavier Rogé (batterie). L'année suivante voit l'avènement du projet Au Pays d'Alice, album et spectacle inspiré du conte Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, réalisé avec le rappeur Oxmo Puccino.

En septembre 2015, ce ne sont pas moins de deux albums qui paraissent simultanément, avec pour fil conducteur un hommage à la féminité. Enregistré avec Eric Legnini (claviers), François Delporte (guitare) et Stéphane Galland (batterie), Red & Black Light mêle des compositions originales très travaillées à une reprise de Beyoncé (« Run the World (Girls) »), tandis que Kalthoum, réalisé avec Frank Woeste et les musiciens de Wind, est un vibrant hommage à la diva égyptienne Oum Kalsoum, à partir de son chant « Alf Leila Wa Leila ».

Le trompettiste réalise ensuite deux bandes originales pour les films La Vache (2015) et Dans les forêts de Sibérie (2016), puis se lance dans un projet autour des chansons de Dalida, Dalida by Ibrahim Maalouf (2017), auquel participent Alain Souchon, M et Monica Bellucci, Ben l'Oncle Soul, Melody Gardot, Mika, Izia, Thomas Dutronc, Rokia Traoré, Arno et Goldshifteh Farahani. L'anné suivante paraît une oeuvre ambitieuse, la Levantine Symphony No. 1 qui, en sept mouvements et thèmes, opère une fusion entre le jazz et la musique orientale, avec la participation d'un grand orchestre et de choeurs.

Loïc Picaud

X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00