F Fils d'une chanteuse lyrique de l'Opéra de Paris, Alain et Philippe Sarde (né le 21 juin 1945 à Neuilly sur Seine) partagent une passion pour le cinéma. Si le premier devient un producteur rénommé, son frère cadet s'illustre dans la composition de musiques de films après des études musicales approfondies sous la tutelle de Noël Gallon.

Adolescent, Philippe Sarde souhaite faire carrière dans le cinéma derrière la caméra. S'il compose la partition du premier court-métrage qu'il réalise à 17 ans, il demande à Vladimir Cosma de bien vouloir l'orchestrer. La rencontre d'Alain Sautet l'année suivante détermine son choix quand le réalisateur lui propose de composer la musique de son nouveau film : Les Choses de la Vie sorti en 1970 est la première étape d'une longue carrière, et Max et les Ferrailleurs (1971), l'une de ses plus grandes réussites.

Dès la première décennie d'activité, la contribution de Philippe Sarde au 7ème art s'avère particulièrement riche. Elle s'allonge au rythme de quatre ou cinq bandes originales intégrales annuelles sans qu'elle puisse être qualifiée de musique au kilomètre. Compositeur à la fois classique et ingénieux, Philippe Sarde sait en grand professionnel se mettre au service des images et orner ses thèmes de motifs accrocheurs. On lui doit notamment l'illustration musicale de César et Rosalie et Le Train (1972), La Grande Bouffe et L'Horloger de Saint-Paul (1973), Vincent, François, Paul et les Autres (1974) et Adieu Poulet (1975).

En 1977, son travail sur Le Juge et L'Assassin et Barocco est récompensé par la profession qui lui décerne deux Césars flambant neufs. Sans ostracisme, Philippe Sarde compose aussi bien pour les films policiers d'Yves Boisset (Un Taxi Mauve, Le Juge Fayard dit Le Shérif) ou Georges Lautner (Mort d'Un Pourri, Flic ou Voyou), les films d'auteur d'André Téchiné (Les Soeurs Brontë, Hôtel des Amériques, Rendez-Vous) à Bertrand Blier (Buffet Froid, Coup de Torchon, Beau-Père) et Maurice Pialat (Loulou), les productions à grand spectacle (Tess de Roman Polanski est sa seule nomination aux Oscars en 1980 ; Fort Saganne en 1984, Pirates en 1985) et quelques comédies (La Baule-Les Pins de Diane Kurys).

Dans les décennies suivantes, le compositeur montre son attachement à ses réalisateurs fétiches : il accompagne notamment Pierre Granier-Deferre sur Une Etrange Affaire, L'Etoile du Nord, L'Ami de Vincent, L'Homme aux Yeux d'Argent et Cours Privé ; Jean-Jacques Annaud sur La Guerre du Feu et L'Ours (nominé aux Victoires de la Musique en 1989) ; et toujours Claude Sautet (Quelques Jours Avec Moi, Nelly et Monsieur Arnaud) et Georges Lautner (La Maison Assassinée, Room Service). En 1990, sa contribution à Music Box de Costa-Gavras lui vaut le Prix de la Fondation SACEM.

À peine moins prolifique dans les années 1990 et 2000, Philippe Sarde poursuit sa saga avec Jacques Doillon (Le Petit Criminel, Le Jeune Werther, Ponette, Le Mariage à Trois), André Téchiné (sept contributions dont J'embrasse Pas, Ma Saison Préférée, Les Témoins et La Fille du RER) et Bertrand Tavernier (L. 627, La Fille de d'Artagnan et La Princesse de Montpensier en 2011, Quai d'Orsay en 2013). En 2015, il commence une collaboration avec Louis Garrel sur le film Les Deux Amis. Les nombreuses récurrences dans une production riche de plus de cent cinquante oeuvres montrent les rapports privilégiés qu'il a établi avec certains cinéastes.

Honoré du titre d'officier des Arts et des Lettres en 1984, Philippe Sarde est fait chevalier en 1988.
X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00