J José Monge Cruz est né le 5 décembre 1950 à San Fernando (Andalousie). Cette localité proche de Cadix, est surnommée pour des raisons historiques Villa de la Real Isla de León ou plus simplement La Isla. Camarón de la Isla est l'avant-dernier d'une fratrie de huit enfants, issus de la communauté gitane. Il est surnommé Camarón par un de ses oncles qui trouve que le garçon ressemble a une crevette, il devient ainsi Camarón de la Isla en référence à son lieu de naissance.

Son père est un aficionado du flamenco et le petit Camarón de la Isla commence à chanter à l'âge de cinq ans. Après la mort de son père en 1957, c'est pour gagner quelques pièces que Camarón de la Isla se produit le jour dans les cabarets de San Fernado. A l'âge de douze ans, il gagne son premier concours et devient vite professionnel. En 1966, Camarón de la Isla gagne le prestigieux concours du Festival del Cante Jondo et part monnayer son talent à Madrid. C'est dans le cabaret Torres Bermejas de Madrid que Camarón de la Isla rencontre le virtuose de la guitare Paco de Lucia. Les deux hommes commencent à collaborer et sortent en 1969 l'album  El Camarón de la Isla con la colaboración especial de Paco de Lucía.

C'est le point de départ d'une complicité de neuf ans, avec parfois le concours du frère de Paco de Lucia, Ramon de Algeciras. Petit à petit, Camarón de la Isla fait évoluer son style, devenant de moins en moins orthodoxe et de plus en plus personnel. La voix de Camarón de la Isla est capable d'arracher des larmes aux plus endurcis, elle fait vibrer l'âme gitane dans la culture espagnole. En 1976, il se marie avec Dolores Motoya dite La Chispa, avec qui il a quatre enfants.

Déjà devenu une star en Espagne, Camarón de la Isla marque une pause et revient en 1979 sous le nom de Camarón. Surtout il commence une collaboration avec Tomatito, élève de Paco de Lucia, et sort le révolutionnaire La Leyenda del Tiempo. Le flamenco ne sera plus jamais pareil après La Leyenda del Tiempo, il vient d'entrer dans l'ère moderne. Camarón de la Isla et Tomatito mêlent le rock et le jazz au flamenco, surtout - sacrilège suprême - ils introduisent des instruments électriques dans le flamenco. Le courant flamenco rock est né, initié par le plus grand chanteur de l'époque contemporaine.

Camarón de la Isla continue ensuite son chemin avec Tomatito, l'album Soy Gitano en 1989 devenant son premier disque d'or et l'album de flamenco le plus vendu de l'histoire. Mais Camarón de la Isla vit comme une véritable rock star et brûle la vie par tous les bouts, alcool, tabac et drogues sont ses dangereuses compagnes. Il décède le 2 juillet 1992 à Badalona (Catalogne) des suites d'un cancer du poumon. Lors de son enterrement dans sa localité locale de San Fernando, une foule estimée à cent mille personnes suit les obsèques. Partout en Espagne résonne le cri "Camarón vive", car comme Elvis Presley, Camarón de la Isla est un mythe qui ne peut pas mourir.

Les hommages et les sorties de compilations et d'albums posthumes se multiplient ensuite. En 2000, Camarón de la Isla reçoit La Clé d'Or du Chant de la part du Ministère de la Culture, c'est seulement la quatrième fois que cette distinction est attribuée depuis 1862. Le film Camarón retrace la vie de cet artiste inoubliable en 2005. L'enregistrement de son dernier concert à Madrid le 25 janvier 1992, sort en 2010 sous le titre San Juan Evangelista 92. L'album se retrouve sans surprise aux premières places des ventes espagnoles en décembre 2010. Oui, Camarón de la Isla vit encore et sa voix transcende toujours le flamenco qu'il incarne si bien.

François Alvarez

X

Avec votre compte
Universal:

  • Accédez à des contenus avant tout le monde
  • Gagnez des cadeaux (vinyles, places…)
  • Trouvez des playlists au plus près de vos humeurs
  • Recommandations personnalisées
X

Acheter

00:00
00:00